Eglise de Costrix, commune de Broquiès, 12480, Aveyron

Prieuré Saint Amans de Costrix

18 février 2017

Nous avons visité le village de Costrix, l’église mérite à elle seule un article  Eglise de Costrix 12480 10

Construite au XIVe siècle, cette petite église gothique bénéficie d’un parfait entretien et surprend ainsi lors

de la première visite ! Saint Amans de Costrix choeur. Saint Amans de Costrix, du nom du premier évêque du diocèse de Rodez au IVe siècle, dépend de Vabres, devenue abbaye en 1116. Elle est longtemps l’église matrice, c’est à dire le centre paroissial pour La Cazotte et les autres hameaux aux alentours. (D’après “Al Canton” de Saint Rome de Tarn.) En 942, on trouve la première trace du domaine seigneurial de Costrix dans le cartulaire de Vabres.

Dans le chœur, un retable de la fin du XVIIe siècle, non pas en bois mais en stuc, est classé à l’inventaire ; il fait en 2016 l’objet d’une restauration grâce à l’association “Les amis de Costrix“.

Eglise de Costrix 12480 retable  Eglise de Costrix 12480 tableau

Mais surtout, dans le soutènement de l’autel, deux anciens chapiteaux en grès réemployés et d’origine inconnue, décorés d’animaux et d’entrelacs, sont classés monuments historiques. Un troisième chapiteau très érodé sert de socle à une statut :

Eglise de Costrix 12480 chapiteaux  Eglise de Costrix 12480 chapiteau gauche  Eglise de Costrix 12480 chapiteau droit  Eglise de Costrix 12480 chapiteau socle

Eglise de Costrix 12480 choeur  Eglise de Costrix 12480 choeur 1  Eglise de Costrix 12480 choeur 2

L’église possède deux chapelles latérales : Eglise de Costrix 12480 chapelle latérale  Eglise de Costrix 12480 chapelle latérale 1  Eglise de Costrix 12480 chapelle latérale 2

Plusieurs clés de voûte : Eglise de Costrix 12480 clé de voûte  Eglise de Costrix 12480 clé de voûte 1  Eglise de Costrix 12480 clé de voûte 2

Près du chœur,  les fonds baptismaux : Eglise de Costrix 12480 fonds baptismaux ; au dessus, un tableau du Christ en croix : Eglise de Costrix 12480 Christ en croix

A l’entrée, le bénitier : Eglise de Costrix 12480 bénitier

Des vitraux neufs entre autres de Eglise de Costrix 12480 Vitraux  Eglise de Costrix 12480 Vitraux 1  Eglise de Costrix 12480 Vitraux 2

Dans les chapelles latérales, des nichesEglise de Costrix 12480 Niche  Eglise de Costrix 12480 Niche 1 dont une contient une miniature du chœur : Eglise de Costrix 12480 miniature

Saint Michel de Landesque, commune des Costes Gozon, 12400, Aveyron

Prieuré de Saint Michel de Landesque,

8 janvier 2017

Située dans la vallée du Len, cette chapelle oubliée se trouve dans le hameau du même nom, sur la D 527 ; de Bournac, commune de Saint Affrique,  suivre la D 54 puis la direction Saint Izaire.

Saint Michel de Landesque 12400 plan   Saint Michel de Landesque 12400 vue aérienne

Signalée en 1116, elle fut paroisse puis succursale de Saint Étienne de Rouffignac. D’après Geneviève Durand, ses caractéristiques la classent dans les édifices préromans.

La nef est la partie la plus ancienne, orientée Est / Ouest. Le presbytère était situé dans ce qui est actuellement un hangar  ; on peut encore apercevoir les pierres en arc qui surmontaient la porte de communication :

Saint Michel de Landesque 12400 façade de la nef  Saint Michel de Landesque 12400 ancien presbytère  Saint Michel de Landesque 12400 ancienne porte  Saint Michel de Landesque 12400 entrée

Un chœur carré, sans doute du XIXe siècle, fut construit dans le prolongement  : Saint Michel de Landesque 12400 façade de la nef et du choeur.

Le clocher est bâti au-dessus du mur ouest : Saint Michel de Landesque 12400 clocher.

A l’intérieur, la chapelle est assez dégradée, ni entretien ni travaux ! On entre au niveau de la nef ancienne, dite “à chevet plat”, quadrangulaire, au plafond de bois, avec une tribune, une baie type meurtrière haute, au sud coté porte d’entrée et une fenêtre récentes :

Saint Michel de Landesque 12400 nef  Saint Michel de Landesque 12400 plafond  Saint Michel de Landesque 12400 tribune  Saint Michel de Landesque 12400 mur sud  Saint Michel de Landesque 12400 mur nord

Saint Michel de Landesque 12400 ouverture de la nef. Sous la tribune, la trace de l’ancienne porte d’entrée par le presbytère : Saint Michel de Landesque 12400 ancienne porte d’entrée par le presbytère

Le chœur, beaucoup plus récent fut construit dans le prolongement vers l’est ; il est carré, voûté, décoré en trompe l’œil et séparé de la nef par un arc “outrepassé” (aurait été inventé par les wisigoths) : Saint Michel de Landesque 12400 choeur  Saint Michel de Landesque 12400 trompe l’oeil du choeur

Le retable en bois repose sur des cales métalliques ; il encadre un tableau de  Auguste Fal, daté de 1860 et représentant “Saint Michel terrassant le démon” : Saint Michel de Landesque 12400 retable  Saint Michel de Landesque 12400 tableau.

L’autel qui était dessous a été déplacé vers les paroissiens laissant sa trace au mur, derrière le rideau, et au sol : Saint Michel de Landesque 12400 autel  Saint Michel de Landesque 12400 ancien autel  Saint Michel de Landesque 12400 ancien autel 1.

A gauche, la sacristie abrite l’ancien confessionnal :  Saint Michel de Landesque 12400 sacristie  Saint Michel de Landesque 12400 sacristie 1  Saint Michel de Landesque 12400 confessionnal.

Visitée il y a 15 ans, cette chapelle  n’a bénéficié d’aucune mesure de protection ; il faut craindre pour son avenir à la vue de quelques “détails” inquiétants : Saint Michel de Landesque 12400 fissure  Saint Michel de Landesque 12400 infiltration  Saint Michel de Landesque 12400 fissure 1.

La chapelle est entourée du cimetière sur deux faces ; on y trouve quelques croix et tombes très anciennes :

Saint Michel de Landesque 12400 cimetière  Saint Michel de Landesque 12400 cimetière 1  Saint Michel de Landesque 12400 cimetière 2  Saint Michel de Landesque 12400 cimetière 3  Saint Michel de Landesque 12400 cimetière 4  Saint Michel de Landesque 12400 cimetière 5  Saint Michel de Landesque 12400 cimetière 6.

Au-dessus de la porte d’entrée, on peut remarquer l’ancienne fenêtre de “type meurtrière” 30 cm sous la toiture (art préroman), le raccord des murs de la nef et du chœur, mais aussi des fissures sur le pignon :

Saint Michel de Landesque 12400 fenêtre type meurtrière  Saint Michel de Landesque 12400 raccord nef / choeur  Saint Michel de Landesque 12400 fissure pignon. Il est toujours utilisé aujourd’hui à l’inverse de l’église.

En face, une croix : Saint Michel de Landesque 12400 croix. Deux maisons encore habitées dans le village ; à remarquer un linteau daté et un pigeonnier : Saint Michel de Landesque 12400 linteau daté  Saint Michel de Landesque 12400 pigeonnier.

Les églises disparues de Creissels, commune de Millau 12100, Aveyron

Creissels ou Creyssel nom ancien (Creissèls en occitan). De nombreux vestiges (poteries, monnaies, bijoux,…) montrent que la commune est occupée depuis le chalcolithique et à l’époque gallo-romaine.

Déjà visité pour sa cascade et son ruisseau de la Cabrières, c’est aujourd’hui pour ses églises disparues que l’on revient dans ce gros village assez méconnu.

- Pour accéder à l’emplacement de la première église disparue, suivre la route qui monte vers Brunas bien connu des parapentistes, s’arrêter au niveau de ce panneau Creissels 12100 Brunas stationnement. Prendre le chemin au niveau de cette croix : Creissels 12100 croix vers St Saturnin.

-  “La première église paroissiale de Creissels était celle de Saint Saturnin (Saint-Adorny en 1276) située sur la hauteur qui domine le village où demeurent quelques vestiges.

En 1488 et 1489, on fit des réparations à cette église et en 1517, on la fit daller.

Il y avait dans l’église Saint-Saturnin de Creissels une chapelle dédiée à Saint Blaise et fondée par un vicaire de l’Hospitalet, habitant de Creissels (XIVe ou XVe siècle).” (Jacques Cros-Saussol)

Mais cette église était éloignée du centre et elle perdit son rôle. Plus de traces de nos jours mais un monolithe dressé, planté dans la roche et gravé de deux croix :

Creissels 12100 monolithe gravé  Creissels 12100 monolithe gravé 1  Creissels 12100 monolithe gravé 2. Par contre, de son cimetière, on peut encore voir quelques tombes :

Creissels 12100 tombes de St Saturnin. Proche de ce site, une autre croix Creissels 12100 Croix de St Saturnin après laquelle un chemin descend vers le quartier de Roquebelle que l’on visitera plus tard ; mais il est facile de voir les traces de roues des charrettes qui emmenaient les défunts vers le “vieux cimetière” :  Creissels 12100 traces de roue. C’est aussi à l’entrée de ce chemin Creissels 12100 Chemin vers Roquebelle que Mr “Clapassou” vous propose un résumé de l’histoire de ces anciennes églises. De cet endroit, une belle vue sur les falaises du Larzac et Millau : Creissels 12100 vue sur le Larzac  Creissels 12100 vue sur Millau

Un peu à l’ouest se trouve un calvaire, datant de 1628, sur une butte : Creissels 12100 vers le calvaire  Creissels 12100 calvaire

Creissels 12100 calvaire 1  Creissels 12100 calvaire 2  Creissels 12100 calvaire 3, le viaduc de Millau en arrière plan. Des croix comme les plus petites, on en trouve plusieurs dans les environs ; un chemin de croix édifié en 1947 débutait devant l’église de Creissels pour se terminer au calvaire.

-  Autre itinéraire possible, dans Creissels, prendre le chemin de Roquebelle Creissels 12100 chemin de Roquebelle à coté du départ du chemin des Cascades Creissels 12100 chemin des cascades et après cette croix Creissels 12100 croix de Roquebelle.

Chemin taillé dans la roche qui monte vers le plateau visité ci-dessus, où on peut voir des inscriptions,des roches tourmentées, lire le panneau de Mr Clapassou, voir des entrées de grottes creusées dans le tuf, et plus haut, choisir d’aller vers le tournal :

Creissels 12100 chemin de Roquebelle 1  Creissels 12100 chemin de Roquebelle dalle gravée  Creissels 12100 chemin de Roquebelle 2 panneau de Mr Clapassou  Creissels 12100 chemin de Roquebelle grotte  Creissels 12100 chemin de Roquebelle grotte 1

Creissels 12100 chemin de Roquebelle 3  Creissels 12100 chemin de Roquebelle 4  Creissels 12100 chemin de Roquebelle 5, point où l’on aperçoit le tournal et cascade.

Dans le quartier de Roquebelle se trouve une ancienne chapelle actuellement privée :  Creissels 12100 chapelle de Roquebelle

Saint Martin de Pris (ou de Prix) est situé dans le cirque du Boundoulaou au pied du Larzac. Le site fut découvert en 1981 lors de travaux de terrassement. S’y trouvent l’ancien cimetière et les fondations de l’antique chapelle. Un article de “Vivre en Rouergue” (Cahiers d’archéologie aveyronnaise n°11, page 171, signé J. Poujol) lui est consacré.

Mr Clapassou nous accueille  sur le site face à cette croix : Creissels 12100 croix de Pris

Les bases de la chapelle sont bien visibles, on devine le plan ; autour, des tombes et des sarcophages :

Creissels 12100 chapelle de Pris Creissels 12100 chapelle de Pris 1 Creissels 12100 chapelle de Pris 3 Creissels 12100 cimetière de Pris 2 Creissels 12100 cimetière de Pris Creissels 12100 cimetière de Pris 1

A coté coule la Cabrières, le tout sur fond de falaises du Larzac : Creissels 12100 la Cabrières à Pris  Creissels 12100 falaise du Larzac à Pris

Chapelle préromane de Plescamps, 12490 Viala du Tarn, Aveyron

22 octobre 2016

Visiter la chapelle Notre Dame de Plescamps se mérite ; au Pinet, prendre la route à gauche du monument aux morts : Plescamps 12490 vers la chapelle et suivre une route sinueuse et étroite pour grimper 200m plus haut : Carte vers Plescamps

Puis laisser la voiture pour descendre par un chemin herbeux , on rencontre cette croix : Plescamps 12490 croix de chemin vers la chapelle et un virage plus tard, arrivée à la chapelle : Notre Dame de Plescamps aujourd’hui

Les premiers écrits la concernant remontent à  924 ; c’est une des rares chapelles qui peut se vanter du titre de “préromane“. située sur un éperon rocheux, émergeant des châtaigniers, elle est construite dans une zone “relativement” plate au milieu des pentes  abruptes et sauvages d’où le nom de “Planus Campos“.

C’est le dixième clocher du Viala du Tarn ; Notre Dame de la Capelle était une église paroissiale avec pour annexe la chapelle castrale de Pinet. C’est son éloignement qui provoqua son abandon après maintes péripéties. C’est en 1942 que des travaux de réhabilitation commencèrent vraiment et l’arrivée du Père Cazottes entraîna une nouvelle vie pour cette chapelle. (Lire le n° 45 de “Sauvegarde du Rouergue)

Plan de 1989 :  il vous permettra de situer aisément les divers éléments évoqués lors de la visite qui suit.

- L’entrée : elle se fait entre le mur de la chapelle et un muret supportant cette croix :  Plescamps 12490 croix d’entrée

En face, la tombe de  l’abbé Raymond Puech, Plescamps 12490 tombe de l’abbé Raymond Puech  Plescamps 12490 tombe de l’abbé Raymond Puech détail, à gauche, la porte : Plescamps 12490 porte d’entrée

Comme on peut le voir sur le plan, les marches sont des pierres tombales.

- la nef se prolonge par le chœur décalé,  l’arc triomphal manque la séparation ; à droite, dressée, la pierre tombale armoriée de Marquès de Mostuejouls ; au sommet de l’arc triomphal, une fenêtre a été réouverte :

Plescamps 12490 nef et arc triomphal  Plescamps 12490 nef et arc triomphal en 1946  La Cazotte 12480 pierre tombale de Marquès de Mostuéjouls  Plescamps 12490 blason des Mostuéjouls  Plescamps 12490 fenêtre haute  Plescamps 12490 fenêtre haute et vitrail

- le choeur, décalé de 10° par rapport à la nef, où nous verrons l’autel, la vierge, la crédence, l’oculus, les ouvertures  ….

L’autel primitif était celui qui orne maintenant la chapelle seigneuriale (voir photo ci-dessus), il fut remplacé  par autel roman, en pierre taille, surélevé : Plescamps 12490 l’autel.

La vierge de 1,20m de hauteur est un don d’une religieuse ursuline de Malet, résidant à Ambert (Puy de Dôme), originaire du Viala du Tarn  Plescamps 12490 vierge.

Sous la fenêtre en forme de meurtrière, une crédence du XIVe siècle : Plescamps 12490 crédence.

Dans le mur du fond, un oculus qui avait été fermé est réouvert  en 1990 par l’abbé Cazottes et orné d’un vitrail de Claude Baillon : Plescamps 12490 oculus.

Autre ouverture dégagée au XIVe siècle, la fenêtre nordPlescamps 12490 fenêtre nord.

Avec la création de la chapelle mortuaire seigneuriale au XIVe siècle, le voûtement fut modernisé avec création d’arcs porteurs clés de voûte au croisements ; dans le chœur, la clé de voûte est décorée d’un agneau : Plescamps 12490 clé de voûte du choeur, dans la chapelle, un écu non armorié vierge : Plescamps 12490 clé de voûte chapelle.

Toujours dans le chœur, aux quatre retombées d’arcs des culées d’angles sculptées :

Plescamps 12490 culées d’angles  Plescamps 12490 culées d’angles 1  Plescamps 12490 culées d’angles 2  Plescamps 12490 culées d’angles 3

Pour terminer la description du chœur, il faut parler du tabernacle : il a été reproduit à l’identique de l’ancien (en noyer) irrécupérable, par M. Christian Combettes, ébéniste à Millau, natif de Coudols, en août 1993 : Plescamps 12490 tabernacle reproduit à l’identique. A gauche de la porte, l’autre fenêtre haute du XIVe siècle : Plescamps 12490 fenêtre haute XIXe

- la chapelle mortuaire seigneuriale fut ajoutée au XIVe siècle ; elle contenait les plates tombes.  C’est là aussi que fut installé l’ancien autel : Plescamps 12490 autel de la chapelle seigneuriale ; au fond, on aperçoit une petite ouverture qui était, comme les autres, obturée. Enfin, une dernière fenêtre s’ouvre à gauche de l’autel : Plescamps 12490 fenêtre de la chapelle mortuaire

- le cimetière est accolé à la chapelle : il ne reste plus grand chose de l’enclos paroissial,  ni presbytère, ni jardin. Plescamps 12490 cimetière  Plescamps 12490 cimetière 1  Plescamps 12490 cimetière 2 ; au niveau de cette dernière photo, en se tournant de 180°, on a une vue plongeante sur Le Pinet et son barrage hydroélectrique 200m plus bas Plescamps 12490 vue sur Pinet. Presque 1000 ans séparent ces photos …………

Il faut aussi admirer l’extérieur de la fenêtre s’ouvrant sur le cimetière  Plescamps 12490 fenêtre chapelle mortuaire, comprendre l’utilité des contreforts : Plescamps 12490 contrefort et enfin, voir le clocher avec son unique cloche  Plescamps 12490 clocher.

Entre le chemin et l’entrée, une croix peut être de pèlerinage car la tradition a repris depuis 15 août 1967 : Plescamps 12490 croix jardin et son socle sculpté : Plescamps 12490 socle croix jardin.

Marnhagues-et-Latour, l’intérieur de la chapelle de Marnhagues, 12540, Aveyron

L’intérieur de la chapelle romanes de Marnhagues

23 avril 2016

Retour à Marnhagues avec un guide cette fois ! Passé le portail, nous découvrons une église “de transition” ; dans la thèse soutenue à Toulouse en 1985, Geneviève Durand affirme “qu’à la fin du XI° siècle et au XII°s. les édifices sont encore construits selon la tradition des chapelles préromanes. Ils sont nombreux mais ils entrent en concurrence avec les édifices à abside semi- circulaire, la plupart ont une nef unique charpentée, séparée d’un chœur voûté par un arc triomphal, elles sont toujours de dimensions très modestes”.

Michel Farret écrit dans la lettre de la S.A.R.A.C.  n° 41 : “Sainte Magdeleine avec sa nef unique charpentée (7,70 m. x 4,54 m.) correspond à ce type d’église. L’arc triomphal en plein cintre repose sur piedroits maçonnés avec impostes. Il donne accès au sanctuaire sacré de petites dimensions (2,70 m. x 3.31 m.) surélevé d’une marche où le prêtre officiait. A l’arrière, un deuxième arc sur piedroits munis d’impostes, s’ouvre sur la partie en hémicycle au milieu de laquelle on remarque sous un épais enduit une figure humaine. Au nord, une baie préromane en meurtrière au linteau échancré et à ébrasement intérieur en escalier amène peu de lumière, alors que la fenêtre méridionale plus large et à double ébrasement annonce la période romane“.

Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine arc triomphal  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine sanctuaire. Ce deuxième arc est presque fermé par un retable en bois, incrusté

dans la maçonnerie, Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine retable  et orné d’un tableau “St Joseph mourant entre les bras de Jésus et de

Marie”. Dessous, l’autel : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine autel. Lieu faiblement éclairé par deux baies préromanes :

Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine baie préromane  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine baie préromane 1

Derrière, l’hémicycle enduit montre une figure humaine : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine figure humaine. Le tout est fermé par deux

balustrades en pierre taillée : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine balustrade en pierre.

La partie basse des murs est encore décorée de fresques peintes : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine murs peints

Dans la nef, le bénitier et les fonds baptismaux : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine bénitier   Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine fonds baptismaux

Enfin, le clocher est du type “clocher-refuge”, les habitants pouvaient s’y protéger des dangers éventuels ; près du chœur, une sorte de chapelle latérale voûtée reliait nef et clocher : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine base du clocher

Ressortons pour faire une autre découverte, hypothétique mais grandement possible : un hôpital !

Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine l’hôpital

“A 150 mètres au nord-ouest de l’église certaines structures d’une suite de bâtiments en ruine ont plus de 0,80m. d’épaisseur. La tradition orale rapporte que des religieux étaient présents en ces lieux. Une salle sans doute voûtée possède dans le mur pignon nord une ouverture trifoliée  peut-être un claustra l’ancêtre du vitrail : Marnhagues 12450 ouverture trifoliée

En 1974, André Soutou a rappelé qu’au Moyen Age le vocable dédié à sainte Madeleine patronne des œuvres charitables, désignait généralement un petit hôpital. En exemple il citait à La Cavalerie l’hôpital de Sainte Magdeleine du Redoulès dit aussi en 1151 l’hôpital de l’Avenq .

A Marnhagues, l’unité hospice-lieu de culte parait être réalisée.”

On peut aussi voir dans ce bâtiment, les deux vestiges d’une arcade :  Marnhagues 12450 vestiges d’une arcade  Marnhagues 12450 vestiges d’une arcade 1. Et sur la façade, la présence de corbeaux : Marnhagues 12450 corbeaux.

Début de l’article

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar, 12370 Combret, Aveyron

30 mai 2015

Cette ancienne paroisse est située au nord de Combret, village construit sur un éperon rocheux dans un méandre du Rance : Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 carte. Bâtie à 534m d’altitude, à mi-pente d’une colline, il n’en reste qu’une maison restaurée et des ruines !

Au 18e siècle, elle  desservait de nombreux lieux dits : Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 paroisse.

La donation de Saint Léonce à l’Abbaye de Vabres  remonterait à 1384.

Étude du site par Geneviève Durand.

La S.A.R.A.C. (Association Archéologique du Rougier et des Avants Causses) s’y est rendue à plusieurs reprises ; ici, quelques photos des années 1990, les peintures murales sont encore sien visibles.

Aujourd’hui transformée en remise, l’état de cette église ne fait qu’empirer, la végétation la dévore, les fissures s’agrandissent ; combien de temps pourrons-nous encore admirer les restes préromans, romans puis gothiques de ce prieuré dont les premières traces remontent à 1147 ?

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 chemin d’accès  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 panneau  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 1

Le four à pain : Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 four à pain

Les ouvertures décrites dans la documentation sont bien visibles :

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture 1  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture 2  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture 3

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture 4    Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture 5    Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 ouverture 6

A l’intérieur (privé), on peut encore apercevoir quelques détails décrits par G. Durand :

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 intérieur  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 intérieur 1  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 intérieur 2  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 intérieur 3

On accède à l’arrière de l’église par un chemin de terre ; le long de celui-ci, la citerne d’autrefois est toujours visible sous son camouflage de sécurité :

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 citerne  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 citerne 1

En face, de l’autre coté de route, une statue-menhir : Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 panneau menhir

Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 statue menhir  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 statue menhir 1  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 statue menhir 2  Saint-Léonce-du-Haut-Vilar 12370 statue menhir 3

Marnhagues-et-Latour, les chapelles romanes, 12540, Aveyron

Les chapelles romanes de Marnhagues-et-Latour

30 novembre 2015

Cette commune se compose du village de Latour et des hameaux de Marnhagues et de la Roquaubel. Elle se situe au centre de la vallée de la Sorgues, à 425 mètres d’altitude à mi chemin entre Cornus et Saint-Affrique.

De  Saint-Affrique, suivre la D 7 ; après avoir traversé Lapeyre, Versols et Saint Félix, avant le pont sur le ruisseau de Saint Amans, à droite au bord de la Sorgues, la chapelle Saint Amans est au bout d’un chemin de terre, visible de la route.

A la sortie de Latour, après un pont sur le Matas, prendre à gauche vers  Marnhagues pour trouver la chapelle Sainte Magdeleine.

Latour 12540 chapelle Saint Amans plan  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine plan

- Marnhagues  Marnhagues 12450 panneau

Du haut Moyen Age jusqu’à la Révolution, le hameau de Marnhagues, était aussi peuplé que le village voisin de Latour. La paroisse disparut assez tôt et fut sous l’ancien régime, rattachée à celle de Saint Maurice de Sorgues, village voisin. Aujourd’hui, seules quelques maisons sont habitées, le reste du village est en ruine ! Son défaut : être complètement isolé dans la montagne, loin de la Sorgues contrairement à Latour qui recueillit peu à peu tous les habitants. Tout proche, le ruisseau du Matas qui se jette dans la Sorgues.

Premier monument qui attire l’attention à l’entrée, le lavoir de 1871 couvert de lauzes et surmonté d’une croix

Marnhagues 12450 lavoir   Marnhagues 12450 croix du lavoir   Marnhagues 12450 lavoir 1   Marnhagues 12450 lavoir 2

Dans le village, nombreux bâtiments anciens, seules quatre maisons sont habitées :

Marnhagues 12450 bâtiment ancien  Marnhagues 12450 bâtiment ancien 1  Marnhagues 12450 bâtiment ancien 2  Marnhagues 12450 bâtiment ancien 3  Marnhagues 12450 bâtiment ancien 4

Marnhagues 12450 bâtiment ancien 5  Marnhagues 12450 date sur linteau  Marnhagues 12450 bâtiment ancien 6 Cette dernière photo montre le détail du système de récupération d’eau par des pierres ancrées en escalier dans le pignon.

Pour aller à la chapelle, prendre à gauche avant les maisons, un chenin herbeux qui devient rapidement impraticable : longer le bord du champ jusqu’à une ruine et reprendre le tracé qui devient “convenable”.

(PS : délaissés, l’accès et la chapelle n’ont pas la chance de Saint Amans  comme nous verrons dans le chapitre suivant !)

Marnhagues 12450 chemin vers la chapelle  Marnhagues 12450 chemin vers la chapelle 1  Marnhagues 12450 chemin vers la chapelle ruine  Marnhagues 12450 chemin vers la chapelle 2

L’église “Sainte Marie de Marcellianicis” existait déjà au Xe siècle, en voici l’histoire.

Elle a pourtant belle allure, cette vénérable chapelle dans son environnement protégé, accompagnée de son cimetière ; édifice plein de caractère, elle est méconnue, de la municipalité en particulier ……

Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine 1  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine 2  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine 3  Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine 4

Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine porte  Le superbe portail d’entrée a été décrit par Michel Farret dans un article de la lettre de la S.A.R.A.C. n° 41 :“L’arcature est composée d’une archivolte moulurée ornée de cabochons, d’une voussure supérieure qui repose sur impostes et piedroits appareillés, d’un boudin médian s’appuyant sur deux colonnettes d’angle aux chapiteaux ouvragés dont un à entrelacs, d’une voussure plate qui fait suite aux montants de la porte décorés d’un rare motif en relief.”

Ici bientôt, la visite de l’intérieur de la chapelle. En attendant, voici le plan :Marnhagues 12450 plan de la chapelle

 

Enfin, le cimetière qui est accolé  :

Marnhagues 12450 cimetière entrée  Marnhagues 12450 cimetière  Marnhagues 12450 cimetière 1. Le cimetière est clos par un mur de pierres ; un sarcophage trouvé sur place y est incorporé :

Marnhagues 12450 cimetière mur   Marnhagues 12450 cimetière sarcophage

Combien de temps pourrons-nous encore admirer ces beautés de 10 siècles d’age, de larges fissures se forment sur le clocher entre autres et la partie arrière est envahie par la végétation : Marnhagues 12450 chapelle Sainte Magdeleine 5.

Le monument sera immortalisé par ce croquis.

Suite de l’article

Marnhagues-et-Latour, les chapelles romanes, 12540, Aveyron, suite

Les chapelles romanes de Marnhagues-et-Latour

22 mars 2014

Début de l’article

- Saint Amans de Valsorgue  Latour 12540 chapelle Saint Amans panneau

Latour 12540 chapelle Saint Amans vue aérienne Cette chapelle est bâtie au bord de la Sorgues ; abside romane dont on remania la partie haute à l’époque gothique. Au 18e siècle, elle desservait ces lieux-dits : Latour 12540 chapelle Saint Amans lieux desservis. Appelée aussi “d’Adalbel” ou de La Tour, c’était une  église paroissiale entourée de son cimetière :

Latour 12540 chapelle Saint Amans  Latour 12540 chapelle Saint Amans 1  Latour 12540 chapelle Saint Amans 2  Latour 12540 chapelle Saint Amans 3  Latour 12540 chapelle Saint Amans 4

Peu d’ouvertures pour éclairer le bâtiment : porte d’entrée avec une trace d’ancienne croix, la fenêtre du chevet et une autre latérale :

Latour 12540 chapelle Saint Amans porte  Latour 12540 chapelle Saint Amans trace de croix  Latour 12540 chapelle Saint Amans fenêtre de chevet  Latour 12540 chapelle Saint Amans fenêtre latérale

D’un style moins “pure” que la chapelle de Marnhargues puisque remaniée, elle fut choisie par quelques habitants en 2010 pour être restaurée et sauvegardée ; l’association des Amis de Saint Amans de Valsorgue est née. Vous trouverez sur son site la liste des travaux effectués.

A la date de la visite, les travaux de toiture étaient en cours (voir site), l’intérieur de la chapelle encore bouleversé, voici un aperçu de ce qu’il était :

Latour 12540 chapelle Saint Amans intérieur  Latour 12540 chapelle Saint Amans intérieur 1  Latour 12540 chapelle Saint Amans intérieur 2  Latour 12540 chapelle Saint Amans intérieur 3

Latour 12540 chapelle Saint Amans bénitier  Latour 12540 chapelle Saint Amans fonds baptismaux  Latour 12540 chapelle Saint Amans autel  Latour 12540 chapelle Saint Amans vitrail de chevet

Latour 12540 chapelle Saint Amans cimetière Comme souvent, le cimetière est accolé à la chapelle, entouré d’un mur de pierres; on y trouve de très anciennes tombes :

Latour 12540 chapelle Saint Amans croix du cimetière  Latour 12540 chapelle Saint Amans cimetière 1  Latour 12540 chapelle Saint Amans cimetière 2  Latour 12540 chapelle Saint Amans cimetière 3  Latour 12540 chapelle Saint Amans cimetière 4  Latour 12540 chapelle Saint Amans cimetière 5

Notre Dame de Roquegel, commune de Montjaux, 12490 , Aveyron

Notre Dame de Roquegel

21 juillet 2015

Établie à environ 500m d’altitude et six kilomètres de Montjaux, au milieu des bois, cette chapelle dédiée à la Sainte Vierge est accessible par D 96 qui va du pont de Saint Rome de Tarn (ou d’Auriac) en longeant le Tarn, vers Montjaux ; au niveau de la croix du hameau de Saint Hippolyte, à gauche par la D 41. Elle se situe avant le pont sur le Rocazel et est peu visible de la route, en contrebas dans les arbres.

Eglise de Roquegel 12490 panneau  Eglise de Roquegel 12490 croix de Saint Hippolyte  Eglise de Roquegel 12490 plan  Eglise de Roquegel 12490 vue de la D 41  Eglise de Roquegel 12490 et D 41

PS : pour les amateurs de vieilles pierres, la chapelle Saint Martin d’Ayguebonne se trouve sur la gauche, à mi chemin.

De style byzantin, elle remonte à une aussi haute antiquité que l’église paroissiale de Montjaux. Un petit historique sur cette chapelle rappelle que deux légendes se disputent l’origine du sanctuaire.

- La première attribue à la reconnaissance d’un noble voyageur perdu dans la forêt au cours d’une tempête de neige. Se tournant vers le ciel pour retrouver son chemin il pria. Une chapelle sera construite dans cette solitude en l’honneur de Marie s’il échappe au péril qui le menace. Le ciel a entendu son vœu.

- La seconde indique que l’on doit la construction de ce pieux édifice au repenti d’un seigneur après plusieurs années d’égarement et d’une vie peu scrupuleuse. Il fit élever cette chapelle comme monument expiatoire et l’entoura de saints ermites qui avaient pour mission d’y résider, de prier pour son pardon et chaque matin de se rendre à Montjaux, une sonnette à la main, pour éveiller les habitants, les avertir de sanctifier bien leur journée et de prier pour les morts. « Éveillez-vous braves chrétiens, pensez à Dieu, pensez-y bien ! ». Ils retournaient à leur solitude après avoir reçu l’aumône des habitants.

L’histoire de Notre Dame de Roquegel débute dans les années 1110.

Pour y accéder, mieux vaut laisser sa voiture et prendre le chemin de terre qui mène à la chapelle :

Eglise de Roquegel 12490 chemin  Eglise de Roquegel 12490 grille  Eglise de Roquegel 12490 façade  Eglise de Roquegel 12490 coté chemin  Eglise de Roquegel 12490 arrière  Eglise de Roquegel 12490 coté chemin 1

Eglise de Roquegel 12490 porte d’entrée  Entrons pour la visite :

Eglise de Roquegel 12490 nef  Eglise de Roquegel 12490 autel  Eglise de Roquegel 12490 intérieur  Eglise de Roquegel 12490 intérieur 1  Eglise de Roquegel 12490 chapelle latérale

Eglise de Roquegel 12490 confessionnal  Eglise de Roquegel 12490 bénitier    Eglise de Roquegel 12490 vitrail    Eglise de Roquegel 12490 vitrail 1    Eglise de Roquegel 12490 vitrail 2

A l’extérieur, le village de Montjaux est bien visible ;  il est possible d’y remonter par ce chemin :

Eglise de Roquegel 12490 chemin vers Montjaux  Eglise de Roquegel 12490 vue sur Montjaux  Eglise de Roquegel 12490 vue sur Montjaux 1. De l’autre coté du muret, la forêt à pic. Au fond coule Le Rocazel.

Chaque lundi de Pentecôte a lieu le pèlerinage.

Eglise de Roquegel 12490 vers Saint Martin d’Ayguebonne  Face au chemin qui mène à la chapelle de Roquegel sur la D 41, un large chemin de terre mène à Saint Martin d’Ayguebonne. Balade agréable à travers les bois et les vignobles avec belle vue sur Candas et le Tarn :

Eglise de Roquegel 12490 vers Saint Martin d’Ayguebonne plan  Eglise de Roquegel 12490 vers Saint Martin d’Ayguebonne vue sur Candas  Eglise de Roquegel 12490 vers Saint Martin d’Ayguebonne 1

Eglise de Saint Symphorien, village du Viala du Tarn, 12490, Aveyron

Église de Saint Symphorien

20 septembre 2015

L’église de Saint Symphorien est un des “11 clochers” comme on le dit dans l’histoire du Viala du Tarn. Ce sont : Saint-Saturnin, la Rouvière, le Minier, Amalon, Valencas, Saint Étienne de Meilhas, Ladepeyre, Pinet, Plescamps, Coudols.

Au 18è siècle, la paroisse de Saint Symphorien englobe les sites suivants : St Symphorien 12490 paroisse au 18è siècle

Le bâti actuel de l’église a été pour l’essentiel réalisé dans la 2ème moitié du XVe siècle. Des ouvertures et un enrichissement du mobilier sont réalisés dans la première moitié du XIXe siècle. C’est donc autour d’une église principalement marquée par le style gothique que le hameau se regroupe encore aujourd’hui. A Saint-Symphorien, un des fleurons de l’église est sa décoration intérieure : des peintures murales couvrent la totalité de la nef ainsi que des chapelles adjacentes. Ces décors sont aujourd’hui en partie masqués par des enduits anciens à la chaux, mais qui ont eu l’énorme avantage de les préserver. Certains fragments ont été dégagés à l’occasion des travaux conduits par l’Abbé Cazottes, révélant ainsi l’intérêt majeur de cette église pour le patrimoine régional. Ces peintures sont essentiellement des décors floraux, et une Vierge à l’enfant, qui relève de l’exception par sa qualité artistique, complète cet ensemble. (Fondation du patrimoine).

Diverses activités sont  organisées pour récolter des fonds : thé dansant, balades, souscription brochure, etc ….

Ainsi est crée l’ASES (L’Association pour la Sauvegarde de l’église de Saint-Symphorien de Lévézou).

Travaux déjà réalisés : l’arc triomphal   St Symphorien 12490 église arc triomphal

Présentation de l’église 

plan  St Symphorien 12490 église  St Symphorien 12490 église porche  St Symphorien 12490 église porte  St Symphorien 12490 église croix seuil

St Symphorien 12490 église vue générale : vue prise de la tribune qui montre bien le contraste entre la partie restaurée et le reste de l’église.

A l’opposé, vue de la tribune : St Symphorien 12490 église tribune  où l’on voit l’enduit qui recouvre les murs.

On peut, en quelques endroits, apercevoir plus ou moins les peintures d’origine :

St Symphorien 12490 église détails anciens  St Symphorien 12490 église détails anciens 1  St Symphorien 12490 église détails anciens 2. En d’autres endroits, c’est un enduit ciment, il sera sans doute laissé en place, le retirer serait trop risqué !

Le chœurSt Symphorien 12490 église choeur St Symphorien 12490 église autel principal, l’autel principal et son retable ; à droite, ce qui est appelé sur le plan : “le mur récent”.

On y trouve aussi les deux sarcophages découverts sous le carrelage : St Symphorien 12490 église sarcophages

Chapelle Saint Roch, (anciennement, chapelle Saint Sébastien), abrite une représentation de St Roch  au dessus de l’autel : St Symphorien 12490 église chapelle St Roch.

A droite de l’autel, St Symphorien 12490 chapelle St Roch autel dans le mur en bas, une crédence fin 15è siècle : St Symphorien 12490 église chapelle St Roch crédence

Chapelle Sainte Anne : Chapelle Ste Anne retable   Chapelle Ste Anne arcs

La chaire, les fonds baptismaux et le bénitier :

St Symphorien 12490 église la chaire  St Symphorien 12490 église fonds baptismaux  St Symphorien 12490 église bénitier

Dans la sacristie, outre la peinture de “La Vierge à l’Enfant”,  est conservé une croix de procession.

Le cimetière

St Symphorien 12490 porte cimetière  St Symphorien 12490 cimetière  St Symphorien 12490 cimetière croix  St Symphorien 12490 cimetière croix extérieure  L’ancien cimetière était au niveau de la rue ; il fut recouvert par une épaisse couche de terre ; on voit sur cette photo, la profondeur du remblai qui entoure l’église : St Symphorien 12490 cimetière remblai. Enfin, la croix discoïdale (ou stèle) posée sur un autre coin du mur est une copie de l’originale déposée en lieu sûr ! St Symphorien 12490 cimetière croix discoïdale

Diaporama

Le village de Symphorien


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 48 articles | blog Gratuit | Abus?